Il n'y a que MAIL qui m'aille

mardi 24 octobre 2006

Octobre : la rentrée des activités

Les vacances finies, il est temps de penser à comment s'occuper pendant les longues soirées hivernales qui arrivent. J'ai bien pensé à me trouver un copain sur meetic, histoire de se tenir chaud sous la couette mais cela s'annonce plus compliqué que prévu... Il me reste une valeur sure, j'ai nommé le judo. Ajouter à cela l'apprentissage du Japonais et de l'Italien à l'université populaire européenne de Strasbourg, la semaine est finalement bien remplie. Je vous rassure : je ne pense pas m'attaquer au Suédois

Au judo, il n'y a pas eu d'interruption pendant les vacances d'été mais l'activité était réduite à un cours par semaine. La reprise se présente donc par l'intensification de l'activité que ce soit en nombre comme en difficulté des cours. Un nouveau prof, Cyril, la trentaine, vient renforcer l'équipe, ce qui est tout à fait plaisant . Je participe donc aux cours du lundi et du mercredi, avec Cyril, Bruno ou Stéphane comme prof. Samedi 14h c'est ju-jitsu avec Guy. Eric s'est malheureusement cassé les ligaments croisés du genou droit et en a minimum pour 8 mois d'arret.

Pour les langues, ce n'est pas une lubie contrairement à ce que certains pourraient croire. J'avais déjà tenté, il y a un bout de temps, d'appendre seule l'Italien avec un bouquin "Apprendre en 40 leçons" mais passé mon voyage en Italie en 2000, j'avais mis aux oubliettes les 30 leçons qu'il me restait à faire... Quant au Japonais, c'est en débutant le judo, donc il y a quatre ans, que l'idée a germée. Avec Sophie, nous nous motivions depuis quelque mois de façon plus concrète : Kiki la petite sorcière et Mon voisin Totoro en VO, j'avais vu de mon côté Nausicaa en VO au ciné. Merci Miyazaki!

J'ai pensé à regarder du côté de l'université populaire grâce à Xavier qui y prend des cours d'Espagnol, j'ai rencontré aussi Christophe de meetic qui comptait participer au cours d'Italien le vendredi soir à 19h (j'ai appris par la suite qu'il avait viré de bord pour l'Espagnol). La cerise sur le gâteau : Eric (encore un meetic boy) qui m'a invitée à un apéro linguistique à la salamandre un mardi à 19h. Cela m'a convaincue à reprendre l'Italien. L'université populaire reprend les cours en Octobre, finalement, je n'aurais raté que le premier, ce n'est pas si grave. Par chance, l'université européenne dispense aussi des cours de Japonais le jeudi soir, me voilà inscrite pour les deux.

Petit résumé :

  • lundi 19h30-21h : judo
  • mercredi 19h-21h: judo
  • jeudi 18h30-20h : Japonais
  • vendredi 19h00-20h30 : Italien
  • samedi 14h15-15h30 : ju-jitsu

Avec tout cela, ça fait aussi pas mal d'heure de transport en commun, et des sorties du boulot relativement tôt (il faut que je parte une heure avant le début des cours donc il faut que je vienne au boulot plus tôt

Il me reste le mardi et le dimanche vous me direz. La semaine passée, j'étais mardi soir à 19h à Roc en stock, une salle d'escalade avec Nicolas (1m98, 102 kilos et chausse du 50, pire que mon brother). Pour l'assurer, ce n'était pas évident j'ai volé un peu. J'ai fait une voie entière de difficulté 4 bravant mon vertige . J'ai fait des voies 5 aussi mais en mélangeant les couleurs des prises, il n'y a plus de difficultés du tout.
Et dimanche il m'a emmenée à Schirmeck sur une dalle. C'était très agréable avec le soleil. Il avait emmené tout le matos nécessaire (matos d'escalade bien sur )
Tranquille la vie! Il est prévu qu'on retourne en salle bientôt, peut-être jeudi vu que c'est les vacances scolaires, l'université populaire est fermée.

mardi 17 octobre 2006

Gala de l'Institut Supérieur d'Ingénierie de la Conception

Vendredi 13 Octobre se déroulait le Gala de l'INSIC, Institut Supérieur d'Ingénierie de la Conception, école où mon frère a passé trois ans d'étude que je supposais intensive jusque là...
Il ne m'avait pas invitée l'an dernier pour la remise de son diplôme; cette année, il n'y était même pas... Mais moi si! Grâce à Sophie qui a eu pitié de moi et qui m'a sortie de mon trou Enfin c'est une façon de dire, Saint-Dié, c'est un trou différent de ma grotte, mais ça reste un trou.
J'ai mis pour l'occasion une robe en soie très légère, parée d'une étole en soie assortie pour éviter l'effet nuisette, de boucles d'oreille et d'un collier. Accoutrée pour la soirée, je sors de mon boulot en ne manquant pas de croiser le boss de l'ingénierie génétique. Il me souhaite un bon week end en réprimant un sourire en coin
16h30 Sophie vient me chercher à Baggersee et nous filons vers Saint-Dié. Rendez vous chez le coiffeur à 18h, nous y croisons une bonne alsacienne, une fille de Munster dont l'accent trahis de suite ces origines. Quel horreur! Là je comprends mieux pourquoi certains meetic boy demandent à avoir une conversation au téléphone, l'accent, ça gache tout.
La coiffeuse me coiffe, et je ne fais que de me dire en voyant ma tête dans la glace, mes cheveux sont moches, tout fin, trop clairsemé à certains endroits, j'ai une implantation horrible, on dirait que j'ai le front qui pousse. Autant dire que je faisais la gueule, la pauvre coiffeuse a du être dépitée. Mais bon, je n'arrive pas à dire "c'est super" avec un grand sourire faux cul alors que je ne le pense pas, même si elle n'y pouvait rien la pauvre fille. On lit en moi comme un livre ouvert, c'est comme ça, c'est pas de ma faute.
Finalement, après l'épisode du coiffeur et avoir raccompagné la demoiselle alsacienne chez son copain, nous arrivons au pot à l'InSIC. Je visite le bâtiment, Sophie me présente quelques potes à elle, des profs aussi, et je ne reste pas longtemps incognito.

T'es la soeur de Damien? Que fait-il actuellement?

Et là, gros blanc, la honte, je ne sais même pas ce que fait mon brother...

Il bosse à paris

Nous migrons à l'Espace François Mitterrand pour le diner.

  • Croustillant de Saint-Jacques et crevettes
  • Tajine d'agneau et ses petits légumes
  • Brochette de fromages
  • Assiette Gourmande

J'ai eu l'occasion d'apprécier les camarades de classe de mon frère, et de connaitre la réputation qu'il y avait "un grand tout mou". Moi comme chez ma mère, on se fighte tout le temps, je ne le vois pas pareil, plus violent...
J'ai bien aimé aussi le groupe de musique, j'ai pas mal dansé avec mes chaussures à talon :-) J'ai eu du mal à trouver un cavalier, je suis timide... Mais Sophie m'a jetée dans les bras de capitaine flamme, et c'était parti. J'ai dansé aussi un rock avec Marc-Etienne, très sympa.
Sinon, comme petite anecdote, je me suis renversée mon crémant sur ma robe, je n'ai pas regrettée de l'avoir choisi légère, elle a seché en un rien de temps avec le sèche-main des toilettes. J'avais même pas trop bu en plus. Je me suis limité à ce que Sophie a pris pour qu'elle ne soit pas tentée, vu qu'elle conduisait.

Bref, très agréable soirée, dommage que je n'y étais pas déjà l'an dernier.

Un nouvel invité sur mon blog

C'est avec grand plaisir que j'accueille Christian sur mon blog. Tous en choeur : Bonjour Christian
Vous lui devez notament la "cliquabilité" des photos d'Irlande, il m'a saoulé pour que je mette un lien sur chaque photo. Je suis sûre qu'il va devenir un fidèle lecteur, vu qu'il trouve mon style scolaire très facile à lire...
Vous voulez plus de détails sur lui ? Bah oui, il va lire ce post. Pour les indiscrets, vous pouvez toujours essayer d'en savoir plus via la messagerie

vendredi 13 octobre 2006

Xavier

Juste pour cloturer l'épisode Xavier, je copie son texto de rupture, que j'ai reçu le soir où nous sommes revenues d'Irlande. Delphine était encore là pour assister à mon désarroi. Après avoir tenté de nombreux appels et textos, je reçois ceci :

"Anisa. J'espère que tu vas bien. Je suis d'accord pour te revoir mais en amis. Je me suis remis avec mon ex. Elle m'avait demandé de la revoir..."


Voilà... Depuis, je l'ai effectivement revu plusieurs fois en amis, j'ai bien tenté de le récuperer je l'avoue, mais le charme n'a pas agit. Je me console en me disant qu'il était de toute façon trop possessif et moi trop indépendante pour lui.

mardi 10 octobre 2006

Ce que je retiens de l'Irlande

  • Un pays magnifique
    • sauvage, de très beaux paysages entre falaises et très belles plages de sable fin, et une eau très claire.
    • riche culturellement, marqué par l'histoire, dont de nombreux monuments en sont les stigmates.
    • traditionnellement convivial, avec ses pubs bondés, la musique entrenante et ses bonnes bières.
  • Les Irlandais n'aiment pas
    • la clope : les bars sont non fumeur, quel bonheur de rentrer dans un bar et de sentir l'odeur de la bière.
    • leurs gosses : ils leurs apprennent à faire du vélo et se promènent landau en premier front sur des routes limitées à 100km/h.
    • la vie : ils n'hésitent pas à se jeter sous les roues des voitures sauf en ville sur les passages piétons, ils hésitent à traverser même quand on s'arrete et les invite à traverser d'un geste de la main...
  • Ce que j'ai aimé:
    • les quatre premiers points cités ci-dessus
    • le temps, nous avons eu de la chance point de vue weather
    • les animaux : vaches, anes, chevaux, moutons (à tête blanche comme chez nous, ou à tête noire à l'Irlandaise comme la Guiness). Dédé a eu l'occasion de voir comment je sais faire ma Nausicaa.
    • les rencontres qu'on a pu faire, dans ce style de vacances, on prend le temps de se taper la discute. Personnellement, le type de voyages vol sec+voiture+en route pour l'aventure, je trouve ça génial!
    • faire le copilote, je remercie infiniment Dédé d'avoir conduit, j'en aurais été incapable, et j'ai adoré lire les cartes, le guide du routard, planifier au jour le jour l'itinéraire. Le copilotage est relativement difficile en Irlande vue l'efficacité de la signalisation irlandaise...
  • Ce que j'ai moins aimé:
    • l'absence de toilettes, pisser en Irlande relève de mission impossible.
    • les routes qui sont sans trottoirs ni bas coté et tellement étroite que les piétons y mettent leur vie en danger. Je pensais que l'Irlande était un pays pour les randonneurs, mais nous avons constaté que de nombreux chemins pédestres empruntent des tronçons de routes limitées à 100km/h. Je trouve ça moyen... Pour ce qui est des ballades qu'on a faites à pied, ce n'était jamais en sentier balisé. Dommage.
    • l'horaire de fermeture des bars et restaurants, pour manger, il faut s'y prendre avant 20h et les pubs ferment souvent vers 23h.
  • Ce que nous avons remarqué :
    • Delphine et moi n'avons pas le même filtre visuel. Nous regardons le même paysage et pourtant nous ne voyons pas la même chose... Quand je vois un troupeau de moutons, de vaches ou autres de mes amis à quatre pattes, elle voit les panneaux avec le nombres de morts sur la route. Bon c'est pas un bon exemple parce qu'il faut dire qu'elle conduisait, donc elle regardait la route, normal! Mais il y a eu plein de fois où cela nous a frappées, elle me disait "oh c'est beau" je lui réponds "oui il y a plein de mouton" et elle me dit "mais non, je te parle du monument" arf :s

samedi 7 octobre 2006

Huit jours en Irlande avec Delphine

La préparation du voyage se résumait à :

  • l'achat de deux billets d'avion aller retour FKB (Flughafen Karlsruhe/Baden-Baden) / Dublin
  • la réservation d'une voiture
  • l'achat du guide du routard et d'une carte routière d'Irlande

Nous pensons faire le tour d'Irlande en commençant par filer vers l'ouest, descendre la côte pour faire le Kerry et aller à Cork. Nous avions du 6 au 14 Septembre, completement libre de visiter ce qui nous donnait envie.

Mercredi 6 Septembre
La préparation du sac fut assez rapide, maillot de bain, chaussure de rando, vêtement de pluie et gros pull pour être parée à toutes éventualités, et l'appareil photo pour tout immortaliser. Sanction de la balance : 10 kilo dans le sac à dos, 8 kilos le bagage à main, nous y voilà. Delphine idem, nous n'excéderons pas le poids autorisé.

Premier défi : aller à l'aéroport de Baden Baden. Notre avion partant à 16h50 de l'aéroport, Delphine avait vu que c'était faisable par le train Strasbourg/Baden-Baden Bahnhof de 12h30 puis une navette n°205 entre la gare et l'aéroport. Billets en poche, le train allemand nous emporte vers l'aventure. La susceptibilité des poignées de ce train restera un grand mystère pour moi.
Arrivées à 13h30 à la gare, nous étions plus dubitatives pour la suite de l'expédition. Le bon déroulement du trajet Bahnhof-Airpark fut de la bienveillance d'une allemande qui voulait aussi se rendre à l'aéroport. Ticket zone3, c'est tellement explicite, pourquoi n'y avons nous pas songé avant.
Arrivées à l'aéroport à 15h45 pile poil pour l'enregistrement, nous avions trop bien géré! Dans l'avion, pas de place attribuée, nous nous retrouvons de part et d'autre du couloir. Deux heures de vol, la moitié passée à dormir, l'autre à papoter.

Dublin :finalement nous y sommes! 17h, heure locale, temps variable, quelques éclaircies, temps plutôt doux, avec un vent frais. Nous retrouvons nos bagages rapidement, l'agence de location de voiture a une enseigne à quelques pas. De là, il faut appeler l'agence centrale pour qu'elle nous envoie un charmant jeune homme, de nationalité tchèque. L'Irlande est un pays attractif pour les voyageurs mais aussi les travailleurs. Une Fiat panda très laide nous attend, nous prenons l'assurance complète, pour être sur d'être couvertes si cette beauté venait à être accidentée. La conduite a gauche sera une première pour Delphine :-) Après quelques kilomètres et moultes détours pour s'habituer à la boîte de vitesse à gauche, trouver le rétro intérieur à gauche... enfin tout à gauche quoi, nous arrivons à Dublin, nous nous garons completement paumées à quelques mètres de l'auberge de jeunesse que nous cherchions :-)
Pour manger vers 22h, en Irlande, il reste le mac Do, nous trouvons un Burger King. Mmh un Wooper Meal, quel plat typiquement irlandais!
Une guiness extra cold plus tard, nous cherchions notre chemin, le nom des rues étant difficilement identifiable après une certaine heure. C'est alors qu'un videur fort sympathique a voulu nous aider, sa phrase "turn the map" m'indique qu'il n'allait pas nous être d'une grande utilité, nous qui voulions juste savoir à quelle intersection nous étions.

Jeudi 7 Septembre
Coucher la veille vers une heure, le lever était prévu à 7h15. Celui de 5h n'était pas prévu, merci les voisins de chambrée. Petit-dej compris dans la nuit vers 8h, récupération de la voiture. Direction Achill Island initiallement. Tout compte fait, on montera un peu plus haut, à Sligo. Boyle sur notre chemin nous invite à la visite de son abbaye, en rénovation. Du XIIIème siècle, elle fut détruite par les troupes de Cromwell en 1645.
Les éclaircies ont finis par gagner sur les nuages et arrivées à Sligo à 16h, nous nous jetons à l'eau. Estimation : 15° Vivifiant! Vasoconstricteur, ça raffermit les chaires. On s'est pelé les miches quoi! Mais l'eau est claire, la côte magnifique, on en prend plein les mirettes.
20h à Ballina, filet de saumon grillé, spécialité du coin, ce n'est pas la même chose que le saumon du RU... L'endroit est relativement expensive... Nous tirons donc jusqu'à Castlebar, pour trouver une auberge de jeunesse à 22h30, les filles qui ne doutent de rien.

Vendredi 8 Septembre
Levées à 8h, nous cherchons de quoi ravitailler, une petite epicerie... Nous tombons très vite et complêtement par hasard sur un Tesco, vraiment du bol! Moins de bol pour trouver notre route, la signalisation irlandaise est quasi inexistante... Nous faisons un léger détour pour aller sur Achill Island et nous devrons reprendre cette route pour le retour.
L'Atlantic Drive, c'était magnifique, la route suit les falaises qui surplombent la mer. Moi qui suis copilote, je suis à gauche de la voiture qui roule à gauche, je suis donc au premier rang de ce spectacle époustouflant. Je n'ai pas besoin de recommander à Dédé de ne pas trop serrer à gauche, elle le fait de son propre chef... Un peu le vertige Dédé? ;)
C'est au bout du monde, là où la nature a repris ses droits sur l'homme, ou plutôt les moutons ont repris leurs droits sur les voitures, que nous trouvons une crique tout a fait sympathique, les falaises les plus hautes d'Europe nous tournent le dos, sable fin et baignade en vue. Les Ladies permettent de nous changer et plouf dans l'eau!
Nous repartons en direction de Doogort, avec une escale au village fantôme, cicatrice de la grande famine de 1845 qui poussa les paysans à émigrer.

Nous quittons l'île pour passer à coté du Croagh Patrick, d'un troupeau de mouton et du Doo Lough.
A Aasleagh Falls, nous avons vu des saumons essayer de remonter la chute d'eau, alors qu'il y avait un passage aménagé pour eux à côté... un peu cake ces saumons.
Nous quittons le comté du Mayo pour entrer dans le Connemara, il nous ouvre ses bras de rivière et de lac.
Arrivée à Clifden vers 20h30 pour prendre une chambre partagée avec deux Suissesses francophone, l'une d'elle était malade, ce qui nous a permis d'avoir une petite réduc sur la chambre. Petit casse-croute sur le port le soir, avec des chatons qui jouent à coté de nous. Quand soudain... frayeur... une barque se renverse du trop plein d'eau que la marée a laissée dedans. Remise de nos émotions, nous remontons vers la ville.
Envie d'une soirée Irish, nous trouvons plein de pub dans Clifden, tous ont un groupe de musique traditionnelle de prévu dans la soirée, on en tente un au hasard, nous entrons. Bonne ambiance, deux pintes de Smithwicks devant nous avec la carte et le guide du routard pour étudier le trajet du lendemain. Bientôt le groupe commence à jouer, le pub est plein, beaucoup sont debout, plus ou moins près du bar et utilisent notre table pour déposer leurs breuvages. (Non, ce n'est pas une faute de grammaire, beaucoup n'était pas à la moitié de leur bière qu'ils en avaient déjà une autre en attente) Le groupe commence à jouer, ça tape des mains, ça discute fort, c'est très bruyant. Chose surprenante, le bar ferme beaucoup moins tôt, serait-ce parce que nous sommes vendredi soir? Toujours est-il que nous quittons le bar encore plein à minuit.

Samedi 9 Septembre
7h30 lever, pour se booster, manque de bol, les magasins n'ouvrent qu'à 8h30. Nous parcourons la Sky Road, route proche de Clifden, puis un tour par Roundstone, recherche infructueuse pour faire un balade à cheval sur la plage.
Nous trouvons tout de même une plage magnifique, Dog's Bay strand, où l'eau est claire à se croire aux Seychelles. Juste la température de l'eau diffère ;-) Baignade tout de même pour ma part, avec steap-tease à côté de la voiture à se cacher entre deux portières ouvertes et la voiture d'à côté. Toute une technique pour se changer que Delphine n'a pas voulu expérimenter. Elle fera les sandwichs pendant que je fais trempette.
Après ce bain raffermissant, nous replongeons dans l'intérieur des terres du Connemara. Nous gravissons un des twelve pins, le Ben Lettery. De là, une vue magnifique. Terre brûlée au vent, des landes de pierre, autour des lacs, c'était pour nous le paradis. Assises dans les crottes de moutons pour prendre des photos de nous avec le déclenchement retardé, c'était bien drôle.
Encore une petite anecdote "coup de bol", en redescendant, je retrouve une chaussette que j'avais perdue à l'aller, ce dont je ne m'étais pas rendue compte. Je ne les portais pas au pied bien sur, mais je les avais fourrées dans une poche après les avoir troquées contre des grosses chaussettes de rando pour mettre mes Lowa. Lowa qui ont été utile car si la terre semble brulée, elle est au contraire gorgée d'eau mais si acide que seule la bruyère y pousse. Nous reprenons la route N59 pour rejoindre Galway avec un arret à Oughterard pour voir le lac Corrib.
Galway, samedi 18h30, et deux auberges de jeunesse affichent No vacancy. En cherchant méthodiquement à faire toutes les auberges dans un temps minimum, je choisis d'aller à une toute proche dont la capacité est de plus de 200 lits. Coup de bol, il en reste deux. Juste deux, ils sont pour nous. Deux filles arrivées juste après nous diront à la reception "At this point, I do accept anything!"
Rassurée sur le bon déroulement de la suite des évenements, j'appelle ma mère, puis Xavier. Ce dernier me parle comme a un bon pote, annonçant la fin de notre relation. Je ne vais pas me prendre la tête pour cela, et nous allons manger un Irish Stew, ça calle! Extenuées, baignade et ascension du Ben, nous allons nous coucher alors qu'un gars de notre chambre semble décidé à sortir et à faire la fête. Galway serait une ville très sympa le soir, nous n'en doutons pas, déjà très bruyante en journée.

Dimanche 10 Septembre
Petit dejeuner compris, nous en profitons :p Visite de Galway ensuite, Galway City Museum, Spanich Arch, Bridge Mill... Le Lynch's Castle et Kenny's Bookshop sont fermé, c'est dimanche!
Nous reprenons la voiture pour le Burren, en longeant la côte, Black Head, Doolin, jusqu'aux Cliffs of Moher. La côte présente une flore exceptionnelle, avec la coexistence d'espèces végétales méditerranéennes et alpines. Le paysage Karstique est impressionnant quasi lunaire.
Une de nos préoccupations les plus amusantes du chemin a été la recherche de coins pour pisser. Fini les Ladies en bord de plages, nous finissons par nous soulager à coté d'un port, les Irlandais ont bien du se marrer. Heureusement que nous n'étions pas immatriculées en France sinon, nous aurions entaché la réputation des Français.
Les falaises Cliffs of Moher sont une attraction touristique réputée mais je ne leur trouve pas autant de charme que d'autres coins beaucoup plus sauvage et moins aménagés. Les jeux de lumières sont saisissants mais en Irlande, c'est presque banal... Delphine me laisse me promener seule le long des falaises, son appréhension du vide lui conseille de ne pas aller plus loin que le panneaux d'interdiction au public.
Nous retournons vers Lisdoovarna où se deroule le Matchmaking Festival, lieu de rencontre pour célibataire, nous y croisons que des vieux :). Nous continuons donc dans l'arrière-pays, visiter le dolmen de Poulnabrone, vieux de 4500 ans. Le soleil joue avec les pierres ce qui donne une très belle lumière. Il parait qu'au coucher de soleil c'est encore plus beau.
Descente vers le sud, Ennis, Limerick, nous tirons jusqu'à Listowel où nous arrivons à 22h pour trouver une auberge de jeunesse complètement à la ramasse! Le gars que l'on trouve devant la vieille demeure de style georgien du XVIIIème siècle nous fait remarquer que c'est "a little unexpected"... mais fait confiance aux deux minois d'ange et nous laisse seules dans la demeure. Pour le moins unexpected oui!

Lundi 11 Septembre
Tralee, la porte de la péninsule de Dingle. Le gaélique reprend ses droits, la signalisation devient quasi inexistante, uniquement en gaélique à certains endroits... Nous longeons Brandon Bay où le Golf Stream donnerait à l'eau une température agréable mais le soleil n'est pas au rendez-vous. Le Connor Pass nous fait traverser les montagnes dans le brouillard, ambiance irlandaise nous oblige à ralentir. Mais passer le col, le brouillard se disperse, nous profitons de la Slea Head Drive par le sud, visitons le fort Dunbeg, l'oratoire Gallarus. De retour en pays anglophone, nous prenons une chambre dans une ferme un peu cracra, mais j'ai pu sympathiser avec un chat et un chien :-)
18h seulement, le Ring of Kerry semble possible, nous arrivons à la pointe à Portmagee près de Valentia Island pour le coucher de soleil rougeoyant dans une percée nuageuse. Le noir complet s'installe, nous rebroussons chemin pour fuir l'inquiétante ambiance brumeuse qui nous fait douter de la proximité de la côte.

Mardi 12 Septembre
Les araignées se sont invitées à notre douche, nous partons prendre le petit dej sur les hauteurs avec vue sur le lac Leane. Nous passons Killarney pour s'arreter faire un tour en forêt. Pas une envie urgente, non non, juste une ballade pour aller voir les chutes Torc Falls du Killarney National Park.
Après une heure d'air pur, nous reprenons la route, arrêt au deuxième parking du Ladies View pour prendre quelques photos du Lac Leane avant de partir pour le Beara.
De Kenmare, nous nous dirigeons vers Lauraghpour traverser la péninsule Beara sur les conseils du guide du routard. Nous prenons le Pass of Keimaneigh pour rejoindre Cork, pour nous restaurer de toast à Gougane Barra, encore un coin conseillé par le guide du routard, mais sans justification à mon gout.
Le chateau de Blarney m'avait été conseillé par une collègue, nous payons donc 8€ l'entrée pour voir ce chateau. La pierre qui donne le don de l'éloquence n'a eu aucun effet sur moi, je suis toujours autant dyslexique! Dédé me dit que c'est parce que je n'ai pas eu le courage de me mettre la tête completement dans le vide, au moins moi j'aurais essayé! Le jardin vaut aussi la peine d'en faire le tour. Nous y trouvons les wishing steps, escaliers en pierre à monter de dos et les yeux fermés. Nous nous pretons au jeu mais malgré une belle prestation, je doute que mon voeux se réalise...
A 18h le chateau ferme et nous ne sommes qu'à quelques kilomètres de Cork, nous arpentons la ville à la recherche de notre auberge de jeunesse Kinlay House à proximité de l'église Ste Anne, alors que nous faisons trois fois le tour de la cathédrale Ste Anne... No comment
Nous croisons sur Shandon Street un cortège funèbre. Top ambiance.
J'appelle Caroline pour convenir d'un rendez vous le lendemain, fixé vers 17h30, nous irons manger chez eux puis boire une bière dans un pub. Nous retournons en ville pour manger des pâtes au saumon. Je trouve Cork moins vivante que Galway (effet jour de semaine?) mais c'est une ville sympa tout de même. Nous sympathisons à l'hôtel avec un jeun's, Americo-Parigo de 20ans qui a trouvé un job en moins d'une semaine et cherche un appart. Il nous transmet une certaine culture avant d'aller prendre notre chedou, nous apprenons que le neuf trois, c'est has been, il faut dire neuf cube.

Mercredi 13 Septembre
Visite de Cork le matin en voiture cette fois-ci nous passons devant Saint Fin Barre's Cathedral juste à côté de la brasserie Beamish. Notre chemin se poursuit vers Kilkenny. Nous visitons le château de Cahir sur le chemin, qui selon le guide du routard, a été le lieu de tournage de je-ne-sais-plus-quel-film. C'est vrai qu'il est bien conservé, comparé à ceux que nous avons déjà visités.
Kilkenny est une charmante bourgade connu pour son château mais surtout sa bière, la smithwicks. Nous y trouvons un bon resto, fishcake excellent. Nous nous pressons de rentrer sur Dublin où Caro nous attend. Le hic : une folle envie de pisser! Pas de toilette à la station essence, c'est abusé, nous faisons un détour de quelques dizaines de kilomètres pour trouver un endroit pour nous soulager. Finalement nous arrivons à Dublin en heure de pointe, dans les bouchons, difficile de savoir quelle route sera moins engorgée. Nous nous en sortons bien finallement, et nous prenons l'auberge de jeunesse du premier jour comme pied à terre. Caro et Gerald n'habitent pas très loin, nous y allons à pied. Ils habitent un grand appart sympa. Gerald revient de déplacement et arrive peu après nous. Il se met à l'aise et se ballade torse nu dans l'appart :-) Après une Stella Artois, une omelette, de la salade et un yaourt, nous allons nous siffler un litre de Guiness toucan, dans un pub a proximité. On s'est bien marré, surtout à la vue de la tête de Gérald quand la serveuse nous a parlé en français... Aurait-elle entendu les conneries que débitait Gérald? :-)
Nous rentrons à l'hôtel avec difficultés, la bière ayant le double effet kiss cool, envie de pisser et difficulté à prendre le chemin le plus court.

Jeudi 14 Septembre
Les bagages sont faits, nous prenons le chemin recommandé par Gérald pour aller rendre la voiture, tout est ok. On l'aura même pas cabossée cette panda toute laide. Un minibus nous emmène à l'aéroport. Comme d'hab, je ne passe pas le controle avec mes shoes, je suis obligée de les enlever pour me faire controler. A l'aéroport, j'achète une tasse Guiness pour boire du thé au boulot, et un coffret de trois bières Carlow pour Xavier. Dans l'avion, je dors, je lis un peu, et puis voilà, c'est fini, nous sommes en Allemagne, plus vraiment les vacances donc, surtout pas le paradis pour moi. Le chauffeur du bus qui nous emmène à la gare n'est pas des plus compréhensif ni compréhensible. Dans le stress, je me rends compte que j'ai oublié mon paquet Guiness, le hic, c'est que j'avais glissé mon passeport dedans. Le bus roule déjà et je me demande déjà comment faire pour retourner à l'aéroport. Heureusement, Delphine s'aperçoit que j'ai oublié le paquet à côté du chauffeur, nous avons tout dans le bus!
Le train jusqu'à Strasbourg et à 18h30, nous sommes chez moi. Voilà, c'était bien, mais troooop couuuuuuuuuurt!

jeudi 5 octobre 2006

Faites vous dépister!

Semaine nationale de dépistage du cholestérol et des maladies cardio-vasclaires pour les 16 - 30 ans du 9 au 14 Octobre.
Pour bénéficier d'un dépistage gratuit, allez à jeun dans un des labo de la liste des laboratoires participants à cette opération